Quelques conférences récentes en entreprise

  • La responsabilité territoriale des entreprises (Economie Circulaire 56 – 19 novembre 23)
  • Panorama des risques climatiques (Fédération Nationale des Banques Populaires – 17 novembre 23)
  • Ethique environnementale de la réalité virtuelle (Ubisoft – Strategic Innovation Lab – 17 novembre )
  • Les opportunités de la transition écologique (SPIE Batignolles Construction Régions – 7 novembre 23)
  • Entreprise et territoire – La responsabilité territoriale
    Aujourd’hui, les cartes sont partout : GPS, information, loisirs, divertissements… Pourtant,
    jamais nous n’avons été si peu conscients des réalités territoriales. Nous ne connaissons plus
    le nom des cours d’eau, l’essence des arbres, ce qu’un territoire produit comme céréales ou
    comme ressources minérales. Comment renouveler notre regard sur le monde ?
    Comment repenser l’ancrage territorial au 21ème siècle ?
    Depuis mai 2022, Maxime a partagé près de cartes commentées sur les réseaux sociaux qui
    ont généré près de 15 millions de vues en 6 mois.
  • Territoire, Energie, Climat – Cartographie de l’anthropocène
    Entre pressions locales et globales, nos territoires sont soumis à des contraintes de plus en
    plus fortes résultant des activités humaines. Nous entrons dans une nouvelle ère géologique
    causée par l’humanité : l’anthropocène. Certes nos territoires abritent toujours le végétal,
    l’animal, l’air que nous respirons et les sols qui charrient l’énergie et la vie.
    Mais comment représenter les risques auxquels sont soumis nos territoires ?
    Maxime est directeur du cursus « Territoire, Energie, Climat » aux Mines de Paris, un
    programme qui forme les Préfets et les services du premier ministre à ces enjeux, en
    mêlant sciences physiques et sciences humaines.

Numérique

  • Anthropologie de l’information
    Notre vision du monde autant que nos capacités biologiques résultent des échanges entre
    matière, énergie et information. Que changent aujourd’hui les technologies de l’information
    à nos modes d’existence ? Penser, habiter, travailler, se nourrir, se soigner, se déplacer ou
    apprendre sont autant de modes d’existence en cours de métamorphose. Comment se
    repérer parmi les risques du numérique et les opportunités de bâtir un monde meilleur ?
    Depuis 2016, six séances de 12h par an sont consacrées à ce sujet à Sciences Po Paris.
  • L’économie de l’attention
    Au tournant du millénaire, l’idée de « temps de cerveau disponible » a fait jour dans le grand
    public en même temps que la notion d’économie de l’attention. Or au 20 ème siècle, il a été
    démontré que nos ressources attentionnelles sont individuellement et collectivement
    limitées, ce qui invite à une rationalisation des ressources : une écologie de l’attention.
    D’après les séminaires sur l’attention à Centrale Supélec et Sciences Po Paris.
  • Ecologie du numérique
    Métavers, Système d’IA et réseaux d’objets connectés sont en passe de transformer notre
    relation au monde. Mais la consommation de matière et d’énergie de ces technologies
    augmente de façon si considérable que sa pérennité est désormais remise en question. Pour que les générations à venir puissent encore en bénéficier, il n’existe qu’une seule voie : bâtir pierre par pierre un numérique plus sobre, plus conscient et dont la contribution au monde est meilleure, en réconciliant le matériel et l’immatériel. D’après le cycle Ecologie et numérique responsable aux Mines de Paris.

Civilisation

  • Technologie et civilisation
    Il y a 12000 ans, une révolution s’est déclenchée: la sédentarisation, la naissance de
    l’agriculture et l’entrée dans le Néolithique. Depuis cette époque, une mosaïque de systèmes
    techniques nous déterminent, en tant qu’actions socialisées sur la matière et la vie. Ma
    thèse, c’est que la crise écologique et du dérèglement cosmologique dont nous mesurons
    aujourd’hui les conséquences est née à ce moment-là.
    Une conférence tirée du séminaire de 16h à Centrale Nantes depuis 2020.
  • Révolutions cognitives
    Dans le cycle de l’humanité, il est arrivé plusieurs fois que les activités humaines se
    transforment subitement sous l’effet d’accélérations technologiques
    qualifiées de révolutions cognitives. L’anthropologie étudie les effets du développement du
    langage, de l’alphabet, de l’imprimerie ou du numérique. En quoi et comment ces
    technologies immatérielles transforment-elles notre rapport au monde matériel?
    D’après les interventions sur ce thème à l’Institut des Futurs souhaitables
  • Cosmogonie : naissances, déluges et renaissances du monde
    Presque toutes les cultures et les sociétés humaines développent une certaine idée de la
    création du monde (la cosmogonie) mais aussi de l’effondrement (le déluge ou la fin du
    monde). Les récits et les imaginaires collectifs sont à la fois variés et pourtant universels, car
    ce qui les provoque se ressemble fortement. Que nous apprennent ces mythes et ces récits
    sur notre relation au monde ? Portent-ils des enseignements universels ?
    D’après les interventions sur ce thème à l’Institut Catholique des Arts et Métiers.