Conférences, formations et accompagnement.

Mes accompagnements et interventions rencontrent quatre objectifs qui correspondent à des phases de maturité différentes des organisations en matière de responsabilité écologique, territoriale et technologique.

Voilà comment je peux intervenir :

  • Sensibilisation (auprès d’une audience éloignée du sujet)
  • Inspiration (auprès d’une audience qui souhaite prendre de la hauteur, penser différemment et agir)
  • Insight (auprès de dirigeants qui veulent déclencher une approche prospective et une mise en tension stratégique)
  • Mobilisation (auprès de publics qui doivent s’engager sur un chemin préalablement défini)

Pour chaque objectif, l’intervention peut se décliner en conférence ad-hoc, en événement, en séminaire, en workshop, en programme de formation ou en production de contenus (livres blancs ou scénarios prospectifs)

Quelques prestations récentes en entreprise : consulter.

Quelques modules de formation professionnelle et workshop : consulter

Quelques conférences académiques : consulter (à venir)

Pour me contacter : maximeblondeaupro@gmail.cm

« LUCIDITE et CONFIANCE. Regarder les réalités en face, sans cesser de croire en l’humanité. »

Mon mantra

Récit de mon année 2022

Voici les sujets qu’on m’a demandé de porter en 2022

🎒 Voici un nouveau site qui raconte presque tout ce que j’ai entrepris ces dernières années.

Depuis 6 ans, je transmets mon regard et lance des initiatives pour accélérer la transition écologique.

Après avoir travaillé sur les dimensions politiques et sociales du sujet avec le Printemps écologique, puis dans le tourisme durable avec Sailcoop, j’en suis venu à réaliser que le fond du problème est aussi culturel et attentionnel. Nous n’accordons plus à certaines dimensions du territoire la place qu’elles méritent. Cette carence relève du monde des croyances et de l’imaginaire : de notre conception du monde.

Je me suis donc fixé une nouvelle mission : augmenter notre conscience du territoire, sous tous ses aspects, au niveau individuel et surtout collectif.

En avril 2022, j’ai commencé à publier des cartes sur Linkedin, des paysages, des vues aériennes. Chaque publication était l’occasion d’aborder avec pédagogie un des nombreux aspects de la question du territoire, sous un angle géographique, technologique ou spirituel. En 4 mois, mes publications sont passées de zéro à 10 millions de vues.

Cette audience inattendue a suscité l’intérêt de personnes assez formidables qui m’encouragent et me soutiennent, et m’ouvrent la porte des médias et de l’édition (j’espère pouvoir en parler bientôt).

Dans le même temps, je poursuis et renforce mon travail d’enseignant dans plusieurs établissements, toujours avec une approche « anthropologie » : Sciences Po Paris, Mines Paris Tech, HETIC, ISIGE, Centrale Nantes, Centrale Supélec, Neoma BS, Skema BS, ICAM – Arts et Métiers, ESIN, ISEG Nantes.

J’interviens aussi dans le cadre de formations professionnelles, c’est à dire auprès de salariés et de cadres dirigeants : ScPo Executive Education, Mines Executive, First Excellence, BPI Universités, Institut des Futurs Souhaitables, Campus de la Transition.

En complément, j’ai construit une offre de formation directement adressée aux entreprises et administrations. On dirait que le sujet intéresse. Et en plus de mes contenus de formation, on me sollicite désormais pour de la production de contenus et du conseil en prospective.

Alors pour coordonner tout çà, j’ai créé une structure que j’ai appelée Alma Mater (un vieux terme latin qui signifie « mère nourricière » ) et dont voici les premiers clients : Constellations, Ubisoft, SPIE Batignolles, Banque Postale, BPI, Naval Group, Banque des Territoires, Synerga, IXI Groupe, Institut Géographique National… Un site dédié verra le jour bientôt. En attendant, je vous invite à suivre ses actus sur la page d’Alma Mater.

Auprès de ces organisations clientes, j’ai proposé des conférences, des séminaires pour dirigeants, des formations, du conseil stratégique et des contributions éditoriales.

Si l’approche semble pertinente pour votre organisation aussi, contactez-moi : maximeblondeaupro@gmail.com.

Un grand grand merci pour votre présence, vos nombreux messages de soutien et surtout, votre confiance.

Les dernières conférences

Septembre 2022

🎥 🎤 Intense mois de septembre.

La prise de conscience de relation entre technologie, territoire et imaginaire devient fascinante.

Le 8 juin dernier, j’ai réalisé ma première conférence publique devant 700 dirigeants sur le sujet du numérique et de l’anthropocène. https://buff.ly/3SvJmaD Ce mois-ci, il y en eut quelques autres. D’abord pour un réseau d’experts en assurance, Ixi Groupe, qui a organisé à la Fondation Good Planet l’événement ‘Convergence vers les risques Climats’. En interrogeant le rôle des assureurs dans la transition, je me suis autorisé un petit coup de pied dans la fourmilière. https://buff.ly/3SwQ402

Le même jour, je suis intervenu aux Mines de Paris, avec Laurent Amice, directeur des programmes Executive. J’ai proposé aux équipes IA de la Société Générale, une conférence sur les relations entre technologies cognitives et écologie, une éthique du numérique. C’était fort, je crois.

Quelques jours plus tard, pour Synerga, un groupement de 1300 experts comptables indépendants. En clôture de leur séminaire annuel, j’ai proposé une réflexion historique sur le rôle de la comptabilité dans la perception du monde. Je pense sincèrement que la comptabilité peut devenir le moteur de la transition écologique. Grand merci à Frédéric Giuli de la Fresque du Climat.

SPIE Batignolles est le 4e groupe de construction français et emploie 8000 salariés. James Quintero, responsable de la transition écologique m’avait remarqué à ma conférence de juin, et a proposé au comité de direction dont il est membre de tester mon approche pendant une journée : Technologie, Climat et Anthropocène. Comment le secteur de la construction peut-il accélérer sa mue ? Une journée passionnante et intense à Carnac mi-septembre, qui pourrait déclencher de belles choses.

L’IGN m’a choisi pour animer le lancement de son Atlas de l’Anthropocène à l’Académie du Climat. Un grand honneur. Nous avons échangé sur « la contribution des géodonnées pour révéler, mesurer et agir sur l’impact de l’activité humaine » avec des personnalités de l’action publique géographique et de l’aménagement du territoire https://buff.ly/3SxZ30P

Et enfin, je suis intervenu sur à l’IFS – L’institut des futurs souhaitables, sur le thème des révolutions attentionnelles. Quelle représentation du monde est en train d’émerger? Comment orienter notre attention collective ? Je ne remercierai jamais assez Mathieu Baudin pour sa confiance.

Voilà pour la partie « live », mais il s’est passé des choses en backstage. Le mantra qui me permet d’avancer tous les jours dans les contrées parfois anxiogènes et sidérantes du numérique et de l’écologie : Je ne perds jamais de vue la relation entre lucidité et confiance. Deux attitudes qui ne devraient jamais se départir l’une de l’autre. Regarder les choses en face, sans perdre foi en l’humanité…

Une des conditions de la sagesse, à mon avis.

30 juin 2022 – Naval Group, Base navale de Toulon (Sensibilisation)

Réconcilier Écologie et Défense.

Le 20 juin, j’étais à #toulon pour donner une conférence sur la plus grande base navale française. ⚓️⛴

A la demande du DRH de NAVAL GROUPPeterson SYLVAIN, j’ai animé pendant 1h30 une intense conférence-débat sur le thème de la relation, parfois houleuse mais prospère, entre l’écologie et les métiers de la #Défense dans notre contexte d’anthropocène.

Après un rappel de la conséquence des actions anthropiques sur les territoires et le vivant, j’ai proposé d’observer les racines du problème (les neuf ordres techniques dont l’armement fait partie) mais aussi d’étudier les effets de l’anthropocène sur les armées, en interne et en externe.

En interne d’abord, en tant que premier consommateur de pétrole, premier gestionnaire d’espaces naturels du domaine de l’Etat, garant de notre souveraineté sur les terres et les océans, les Armées ne sont pas des organisations comme les autres.

Pourtant, elles sont appelées à se réformer comme les autres. Elles emploient des centaines de milliers de personnes dont le bien être et la santé au travail doivent être assurés et surtout leurs orientations technologiques, notamment sur la mobilité et l’énergie, irradient toute la société. Cette responsabilité implique des réformes plus profondes encore que les autres, en matière d’écoconception et de stratégie carbone.

Quelles sont les valeurs que les armées veulent défendre? Comment trouver le juste équilibre entre performance et résilience? Quelle relation aux territoires?

En matière de missions aussi, les métiers de la défense évoluent.

Les pénuries en carburant fossile, en eau, les événements extrêmes, les migrations et les menaces sur la sécurité mondiale, de plus en plus liées au changement climatique sont déjà des enjeux militaires. On pourrait aussi parler des biens communs, du vivant, des océans et du ciel, avec l’ambition nouvelle des « casques verts ».

La crise géostratégique russe nous permet dès aujourd’hui de parler d’écologie de guerre.

Je vous invite sur ce thème à lire Pierre Charbonnier dans le Grand continent.
https://lnkd.in/ddSHUjGD

Oui, la sortie du pétrole peut devenir une arme de guerre, ou du moins un bouclier stratégique. Et ce, d’autant plus si elle s’inscrit dans une planification écologique plus large.

Pour conclure, j’ai rappelé que la croyance que rien ne change provient soit d’une mauvaise vue, soit d’une mauvaise foi. Que la première se corrige, et que la seconde se combat.

Les armées protègent nos territoires, mais il faudra aussi les préserver. Transformons leur conservatisme légendaire en audace et en espoir ! Les forces françaises constituent la première puissance militaire de l’Europe, la région motrice de la redirection écologique dans le monde.

Alors si nos armées veulent incarner ces valeurs, un changement de paradigme doit s’opérer non seulement au service de la paix mais aussi de la résilience et de l’adaptation.

#marinenationale#ecologie#anthropocene#énergie#matière

8 juin 2022 – Tech for Climate by Constellations (Inspiration)

Mercredi 8 juin à Paris, j’ai produit une conférence devant 450 dirigeants et responsables technologiques. Je leur ai parlé d’anthropocène.

La salle était comble à Paris pour cette journée exceptionnelle, introduite par l’une des dernières conférences de Valérie Cabanes.

Juste après moi, les personnalités n’ont pas manqué de souffle.
D’abord sur la question minière, Aurore STEPHANT qui présente la particularité de générer une salve d’applaudissement à chaque fois qu’elle prend la parole. Hugues Ferreboeuf de The Shift Project qui a présenté son expertise sur la sobriété numérique, lionel FOURNIER pour la santé et le très beau concept de « satiété » et enfin Véronique TORNER pour numeum.

L’événement a été conçu et imaginé par Olivier RENAUD, une boule de tendresse et d’énergie, ancien dirigeant dans le numérique qui a vendu son entreprise pour entamer une reconversion radicale. La célèbre journaliste et auteur Juliette Nouel a animé les débats, les rayonnantes Kako Dubs et Chloé GAPP ont porté l’animation de la journée.

Et bien sûr le commanditaire, Etienne Besançon, dont l’investissement sur le sujet ne peut pas être suspecté de greenwashing.

Pour être très franc, la journée ne s’est pas départie d’une sorte de dissonnance. Tout s’est déroulé à Paris, dans le 8ème, avenue George V. La logistique irréprochable (par Thomas BORDET), les moyens proprement colossaux ont fait que la sobriété n’était pas le maitre mot.

Et pourtant… ce fut une journée étonnante d’authenticité.
Avec des neurones, des larmes, des rires.
Une tonalité surprenante et sincère.

Tous les participants ont contribué à cette énergie : Pour un réveil écologique2tonnesLa Fresque du ClimatLa Fresque du Numérique, la Fresque de la BiodiversitéConvention des Entreprises pour le Climat ! Ils étaient là, et l’ensemble était cohérent.

Cette contribution personnelle a produit un certain effet. On est venu me dire qu’elle était « lucide » et « clairvoyante ». J’ai même eu droit au qualificatif de « visionnaire », qui est – je l’avoue  – un qualificatif que je recherche. C’est bien la vision nette que je recherche : la lucidité.

Pendant la journée, j’ai reçu tant d’éloges que je me dis que çà valait le coup d’être là pour l’une de mes premières conférences « corporate », c’est à dire en dehors du monde étudiant.

Je mentionnerai pour finir un rebond particulièrement touchant que j’ai vécu après ma conférence :
Une jeune femme touchée par des dérèglements attentionnels est venue me témoigner sa gratitude pour mon approche de l’écologie de l’attention. Ca lui a redonné de l’espoir m’a-t-elle dit…
Et de la confiance.

Je crois que les choses n’adviennent que si les conditions sont réunies pour qu’elles adviennent. Et quand je fais naître ensemble lucidité et confiance, je me dis que j’ai déposé un peu d’eau sur la terre.

Cette journée m’a permis de le faire et de me sentir utile.
Un grand merci.

5 mai 2022 – Ateliers-débats et prospective autour de l’écologie (Sensibilisation)

Deux séances de 4h Rivière du doute et scénarios 2050 à Vannes auprès d’une cinquantaine d’étudiants de première années à l’ICAM – Site de Bretagne.

Expérience réussie à l’ICAM auprès de 50 élèves ingénieurs de 18 ans pendant 2 x 2h. Après une courte présentation de mon parcours et une initiation rapide à l’anthropologie, et aux grands enjeux écologiques, j’ai posé cinq sujets sur la table :

1. L’écologie est un problème de riche.

2. La Terre s’en remettra

3. L’humanité à une fonction dans le vivant

4. Il faut réduire notre consommation numérique

5. Les jeunes générations n’ont pas un grand rôle à jouer. C’est trop tard.

Pour chacune de ces affirmations, les élèves ont préparé leur positionnement : D’ACCORD, PAS D’ACCORD ou DOUTE. Et au début de chaque temps d’échanges, ils se sont placés à l’endroit qu’il souhait, y compris au centre, dans la Rivière du doute.

A l’issue de chaque temps d’échange (environ 15/20 mn), nous commentions ensemble un document ou une infographie liée au sujet.

Ce format très simple a eu 2 vertus :

  1. Stimuler l’échange et surtout, permettre aux étudiants de s’exprimer sur des enjeux anxiogènes
  2. Insuffler confiance et lucidité sur leur capacité d’agir

Cette méthode de débat mouvant permet de définir un espace physique de partage de connaissances et d’apprentissage mutuel en menant de manière ludique et interactive un débat sur les idées reçues qui existent aujourd’hui à propos de l’écologie. Ca a très bien fonctionné !

10 avril 2022

Clap de fin 🎬 Ovation 👏👏👏

Les 310 étudiants de NEOMA Business School sont parvenus à un accord planétaire conciliant l’intérêt général et les objectifs particuliers des délégations avec une trajectoire à 1.8°C.

Ce fut une semaine intense, riche en apprentissages, riche en émotions et en humanité, riche en talents, aussi.

En tant que concepteur et coordinateur de cet événement inédit en France, je veux remercier les 10 conférenciers de renom qui ont su informer avec pédagogie, clarifier ce qui se négocie et ce qui ne se négocie pas. Ils ont su répondre aux interrogations des étudiants sur les réalités de l’énergie, de l’agriculture, du transport, des actions non gouvernementales, de l’urbanisme, de la finance, et de notre relation au vivant.
Au vu des évaluations, il semble que vous ayez fait vibrer chez eux le juste équilibre entre curiosité et détermination.

Merci à toute l’école, Frédéric Beaumont et Pascal CHOQUET.

Quant à l’équipe ❤️ : Julie PASQUET Ines Meunier Mathieu Granger et Côme Girschig, vous savez déjà tout ce que je veux vous dire.

Je n’étais pas revenu à Reims depuis 14 ans. Et je retourne en Bretagne empli d’admiration et de fierté. Merci.

#france#climat#school

17 et 18 mars 2022 [#prospective]
🌱 🔭 Ravi et fier de rejoindre l’équipe de conférenciers de l’Institut des Futurs souhaitables. La semaine dernière, son directeur Mathieu Baudin m’a proposé d’intervenir pour la première fois, jeudi et vendredi auprès du lab#31, ce que je me suis empressé d’accepter.

L’IFS, c’est çà : https://lnkd.in/eb3fXePC
C’est une confrérie de regards, un élan de confiance, un voyage perpétuel.

Pendant une session consacrée aux ombres et lumières des technologies, avec Yacine AIT KACI, artiste digital précurseur et visionnaire, Primavera De Filippi du Berkeley Center d’Harvard sur la Blockchain, j’ai pu partager mon regard d’anthropologue des technologies sur les conséquences socio culturelles, politiques, écologiques et spirituelles des ruptures techno-cognitives que l’histoire a déjà connu.

Mes messages clés de la matinée :
– Une technologie n’est ni bonne, ni mauvaise… ni neutre.
– Les techniques cognitives (langage, écriture, alphabet, télécommunications, internet, IA/iOT…) transforment profondément l’espace et le temps. Elles sont spirituelles.
– Seul ce qui se meut soit même est éternel.
– Notre seule issue, c’est le mariage de l’homéostasie et de l’autopoièse. Survivre et créer. Maintenir et Inventer.

https://www.futurs-souhaitables.org/

Janvier 2022 ! Publication d’un cours en ligne de 5h : Ecologie du numérique pour Mines Paris Tech-PSL.

Les technologies numériques ne sont ni neutres, ni immatérielles ! Pour First Education et Executive Education MINES ParisTech | PSL j’ai conçu une formation courte, une écologie du numérique à destination des professionnels et des industriels. D’une durée de 5 heures, le parcours dispensé sous la forme de vidéos learning, d’executive summary et de quiz. Il est structuré autour de 3 chapitres :

Chapitre 1 – L’empreinte écologique du numérique mondial

Chapitre 2 – Le numérique, accélérateur de la transition écologique?

Chapitre 3 – L’impératif d’une écologie de l’information

Si ça vous tente 😇 . Le communiqué de presse : https://vu.fr/QBDH

IA et écologie, le mariage du siècle?

Les équipements et les infrastructures numériques représentent un défi immense pour la transition carbone. Contrairement aux idées reçues, les technologies numériques ne sont ni immatérielles, ni renouvelables, et chaque minute de numérique est consommée pour toujours. La sobriété numérique apparaît comme la seule manière de préserver les services essentiels que le numérique rend à notre économie et à notre société. Mais en même temps, le développement des data sciences, du machine learning et des systèmes d’intelligence artificielle peuvent se mettre au service du vivant. Alors comment choisir notre investissement dans l’avenir?

Technologie et civilisation (anthropologie du progrès)

Cette conférence propose une approche anthropologique et technologique des civilisations. Qu’est-ce que le progrès technologique change à nos modes d’existence, à notre façon de nous déplacer, de nous nourrir, de travailler, de nous soigner ou d’apprendre? La science-fiction construit des récits aspirationnels ou cauchemardesques mais les dimensions économiques, sociales et industrielles président à nos choix concrets. A l’heure de la responsabilité civile des entreprises, quels référentiels pouvons nous choisir alors pour décider de l’avenir de nos choix technologiques ?

L’avenir des mers et océans

Les Nations unies ont déclaré la période 2021-2030 “Décennie des sciences océaniques pour le développement durable ». Les océans représentent en effet la garantie de notre avenir, ils couvrent 70% du globe, absorbent 90% de la chaleur causée par les émissions et génère 50% de l’oxygène que nous respirons. De façon générale, les technologies marines, grâce aux datas et à l’IA et aux recherches océanographiques, font des avancées spectaculaires dans les domaines du transport (propulsions propres et éoliennes), de l’habitat océanique, de la préservation, de l’exploration, de la gestion des fonds sous marin, de la désalinisation, des énergies, du nettoyage, de la lutte contre les pollutions et de la compréhension des ecosystèmes du vivant. Sans parler des enjeux géostratégiques et économiques que recèlent Quel panorama peut-on dresser des enjeux océaniques du siècle à venir?

Simulation de négociations climat

Contextualisation des enjeux planétaires de l’industrie, du transport, de l’agriculture, de l’énergie, des métropoles et du climat, suivi d’un jeu de rôle et de négociations sur la base des scénarios climatiques. 

Détail des enseignements

Sciences Po Paris (depuis 2016)

  • Défis anthropologiques du numérique (Master 1 – EMI)
  • Politiques publiques et humanités numériques (Executive EMMP)
  • Ecologie du numérique (Master 1 – EMI)
  • Dialogue social et stratégies d’entreprise (Exec – 2019/2020)
  • Nouvelles intelligences (Master 2 OMRH – 2016/2018)

Mines Paris Tech (depuis 2021)

  • Ecologie du numérique (E learning – PSL Executive Education)
  • Numérique Responsable (Webinar BPI France – Coq Verts)
  • Ecologie de l’IA (E learning Data & Intelligence artificielle – SKEMA)
  • IA et écologie, le mariage du siècle? (Afterwork Chef de projet IA)

Centrale Supélec et Centrale Nantes (depuis 2021)

  • Civilisation et Technologie (Cours magistral – 16h)
  • Ecologie de l’attention (Conférence – 4h)
  • Low Tech – « Transition écologique et solidaire » (Conférence 3h)

Neoma Business School (à venir en 2022)

  • Semaine de simulation de Convention des Nations Unies pour le Climat (300 étudiants)

Interventions variées

  • Université d’automne du mouvement européen (octobre 2021)
  • Low Carbon Forum (septembre 2021)
  • Association des familles catholiques (mai 2021)
  • Assises du Climat (mars 2021)
  • Festival Germinations (septembre 2020)
  • Université d’été de l’économie de demain (août 2020)