🛶 Venise me fascine depuis toujours.

Cité de pierre et d’eau, écrin fragile sous la menace du temps qui passe.

Fondée au Ve siècle sur un vaste marécage dans l’estuaire du Pô, la cité des doges n’est pas qu’un chef-d’Å“uvre architectural.

Puissance #maritime dès l’an 1000, la #cité des eaux a imposé pendant des siècles son joug sur la Méditerranée et s’est construite comme capitale commerciale pour la soie, le cristal, les céréales et les épices. Les livres aussi.

Depuis 1000 ans, le marché de #Rialto, première bourse organisée de l’histoire, fait battre le tempo vénitien.

Au 15e siècle, la République de #Venise jouissait d’un empire colonial et militaire avec 16000 navires, et son arsenal était la plus grande usine du monde…

Son déclin commença quand l’Empire #Ottoman s’affirma. La cité perdit de son pouvoir mais pas de son influence culturelle. Au 18e siècle, la Sérénissime était encore considérée comme la capitale la plus raffinée, avec ses bals masqués et ses galeries élégantes, ses métissages libertins auxquels s’adonnaient l’aristocratie d’Autriche et de Florence.

Mais n’oublions pas que Venise, c’est aussi un #peuple. Celui des marchands, des marins et des artisans.

Les palais et campaniles, les églises et les maisons reposent sur des pilotis en bois. La Basilique de Sant Maria de la Salute reposerait sur 1,2 millions de pieux de chêne et de mélèze, longs de quatre mètres.

Il n’y aucune voiture dans le centre de Venise. Ses îles sont reliées par 400 gondoles et 400 passerelles dont les célèbres Burano, #Murano et Torcello.

Mais la ville reste menacée par les eaux. Elle s’enfonce d’environ 1 à 2 mm par an et s’est affaissée de 33 cm en 30 ans en raison de l’extraction du méthane et de l’eau à des fins industrielles.

Elle est aussi située sur des plaques de l’Adriatique qui se déplacent. Et la montée des eaux induites par le changement climatique inquiète.

Sauf que la menace immédiate, ce sont les visiteurs.
« Destination superstar planétaire » dixit un tour operator célèbre. En plus de défigurer la cité, les énormes navires de croisière mettent en péril son intégrité. En témoigne cette collision stupide en juin 2019 : https://lnkd.in/ebiwM5Yg

Pour une île de 51 000 résidents, le « surtourisme » avec 30 millions visiteurs par an détruit à la fois l’architecture et la culture, les commerces traditionnels et l’identité de la ville.

Privilégier un virage #écologique pour Venise et sa lagune est devenue une urgence.

De nombreux projets existent pour repenser un #tourismedurable qui valorise la riche biodiversité de son habitat lagunaire.

Car un territoire qui se consomme est un territoire qui se consume.

Et Venise en est l’illustration flagrante.

Alors si vous comptez y faire un tour, surtout prenez-en soin !

crédits photo : https://lnkd.in/eaptHzkp

#maps#territoires#cequinouslie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s