🏞 L’Ain, vous connaissez?

Premier département de France, aux marches des Alpes et du Jura, entre le tout simple et le grandiose.

Pendant le dernier âge glaciaire, les roches et les digues de sables se sont mêlées pour donner naissance à des étangs poissonneux, des collines et des fromages, des lacs bleu ciel et des océans de sapins.

Par le nord, on entre dans la #Bresse, immense plaine Ă  ciel ouvert. On suit le Val de SaĂ´ne, ses prairies humides et ses forĂŞts alluviales. Au centre, c’est la #Dombes, un plateau exceptionnel de sable et d’argile, parsemĂ© de milliers d’étangs creusĂ©s par des moines. On y Ă©lève des carpes depuis des siècles, avec des grenouilles et des brochets qui finissent encore dans les bouchons lyonnais.

La CĂ´tière descend jusqu’au balcon de la #CroixRousse qui surplombe la plaine de Lyon. Au nord, commence le Revermont, premiers contreforts du #Jura, ponctuĂ©s de villages et de coteaux.

En quittant Bourg en Bresse (prononcez Bourquenbresse), ses marchés, ses poules et son bleu, on prend de l’altitude.

Dans le #Bugey, du Bas vers le Haut, de #Belley Ă  #Nantua, on sillonne des montagnes, des collines, des fleuves, des ruisseaux limpides, des cascades, des abĂ®mes, « un vrai jardin anglais de cent lieues carrĂ©es » Ă©crivait Brillat-Savarin.

Puis on entre dans la montagne altière. Ancienne baronnie souveraine entre la #Suisse et la France, voici le Pays de #Gex qui prĂ©sente un patrimoine naturel fabuleux. Chevreuils, sangliers, Ă©cureuils, lapins, biches, chouettes… Sans compter le lynx borĂ©al, le faucon pèlerin et les chamois, qui bondissent juste sous les crĂŞtes qui toisent Genève et le LĂ©man.

Discrète et pourtant riche.

Pendant 1000 ans, les tribus gauloises se sont battues pour ces terres. Au Moyen Age, intégrée au royaume de Bourgogne, de Savoie, du Dauphiné, elles furent enfin rattachée à la France en 1601.

L’Ain présente de très grands atouts écologiques : autour du Grand Colombier, les vallées sont riches en eaux et en biodiversité. Les couverts forestiers sont denses et les milieux aquatiques variés.

Et pourtant, avec le changement climatique, il est urgent de prĂ©parer ce territoire, comme les autres. La prĂ©servation des ressources telles que l’eau et la forĂŞt parait encore plus critique dans les territoires qui en sont naturellement pourvus.

Lacs, rivières, étangs, mares, marais, tourbières, prairies… les zones humides représentent 8 % de la superficie du département, c’est énorme.
Ces milieux naturels d’exception jouent un rôle essentiel dans la régulation des cycles de l’eau et en matière de stockage du carbone. Sans compter que ce sont des espaces d’une grande richesse biologique.

N’oublions pas une chose : la mĂ©tropole lyonnaise et toute la vallĂ©e du RhĂ´ne doivent beaucoup Ă  ce petit territoire en pente, simple mais superbe qu’on appelle le zĂ©ro-un.

#DĂ©partement#France#Territoire#Geographie#Ecologie#ain
#Cequinouslie

Crédits photo / Stephane Godin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s