⛵🗿 L’hĂ©ritage phĂ©nicien a Ă©tĂ© oubliĂ© en Europe.

Trait d’union entre l’Orient et l’Occident, les citĂ©s de Byblos, de Tyr et de Sidon ont rythmĂ© le commerce antique pendant des millĂ©naires. LĂ , entre les turquoises du SinaĂŻ et les cèdres du Liban, syncrĂ©tisant les cultures du Nil et du Croissant fertile, un Ă©vĂ©nement inattendu s’est produit il y a 3000 ans : l’invention de l’alphabet phĂ©nicien : https://lnkd.in/ecQxX_8

Au siècle de MoĂŻse et de la Guerre de Troie, vers -1200 avt J.C, les hiĂ©roglyphes et les cunĂ©iformes Ă©taient rĂ©servĂ©es aux Ă©lites. L’apparition de l’alphabet phĂ©nicien provoqua un choc de simplification : il devint possible de transcrire tous les sons grâce Ă  une courte sĂ©rie de symboles.

Cette nature phonĂ©tique dĂ©clencha une alphabĂ©tisation fulgurante des peuples alentours qui s’approprièrent ses caractères : hĂ©breux, grecs, Ă©trusques, anatoliens, latins, perses, arabes…Aujourd’hui, presque tous les alphabets du monde dĂ©rivent de cette invention qui permet, en 22 caractères, de dĂ©crire l’univers.

Le nom « Byblos », qui dĂ©rive du mot grec pour « Papyrus » a donnĂ© le mot « bible » et « bibliothèque ». Profitant de la culture maritime des tyriens et des sidoniens, l’alphabet phĂ©nicien s’est diffusĂ© sur tout le pourtour mĂ©diterranĂ©en, de Syrie jusqu’en BalĂ©ares, des Indes jusqu’à l’Atlantique.

Mais le sens de ses caractères s’est perdu. Cette Ă©criture est restĂ©e indĂ©chiffrable pendant 2000 ans. Jusqu’en 1758, quand deux chandeliers blancs ont Ă©tĂ© mis au jour Ă  Malte : https://lnkd.in/efM5NriD

L’abbĂ© Jean-Jacques BarthĂ©lemy utilisa alors l’inscription bilingue en phĂ©nicien et en grec pour identifier 18 des 22 lettres cadmiennes.
Sa nature extraordinaire fut rĂ©vĂ©lĂ©e : « alef, beth, gimel… Â». Le tout premier abjad (alphabet consonantique).

L’alphabet phĂ©nicien n’est pas la plus ancienne forme d’alphabet mais la forme des lettres des alphabets ultĂ©rieurs hĂ©ritent presque toujours de celui-ci.

Les « lettres rouges Â» ont dĂ©clenchĂ© un transfert de technologie et de culture de l’#Orient vers l’#Occident.

On retrouve cet héritage dans les mythes bibliques, grecs et romains. Les princes phéniciens y sont présentés comme des fondateurs ou des héros, fils d’Agénor, d’Ophir ou de Poséidon.

#Cadmos, le père de l’Ă©criture en Grèce
https://lnkd.in/eJU5Hk8j

Hiram le Tyrien qui bâtit le #temple de Salomon
https://lnkd.in/eKU2kshe

#Hiram le roi phĂ©nicien qui financa le royaume d’IsraĂ«l : https://lnkd.in/eMbRaU_P

#europe, la princesse phénicienne
https://lnkd.in/eaK8nZjA

L’alphabet phĂ©nicien prend racine dans le temps des lĂ©gendes, lĂ  oĂą plus rien n’est sĂ»r. Alors j’ai vĂ©cu Ă  Rome pour enquĂŞter sur le matin du monde.

J’en ai tirĂ© la conviction, n’en dĂ©plaise Ă  Ernest Renan, que les peuples du Levant, de Crète et de Carthage ont aussi engendrĂ© la civilisation occidentale, en IsraĂ«l, en Grèce et en Italie.

Le reconnaĂ®tre pourrait contribuer Ă  rĂ©concilier l’Orient et l’Occident.

#culture#civilisation#histoire#liban đź‡±đź‡§

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s