Pierre Teilhard de Chardin, jésuite à la mode

Ω Connaissez-vous la pensée du père Teilhard, autrefois condamnée et censurée par l’Eglise catholique ? ♾️

Teilhard était un prêtre jésuite français, géologue et paléontologue de la 1ère moitié du XXème siècle. Son oeuvre est à la fois complexe et audacieuse; je dirais qu’elle dégage une grande lucidité. C’est le mot qui me vient.

D’abord elle concilie la pensée chrétienne avec la théorie de l’évolution, ce qui n’est pas rien. Mais elle propose en plus une véritable cosmogénèse – un sens à l’univers, en déterminant ce fameux « point oméga » vers lequel tendrait la complexité biologique de la création. Ce point théorique serait un pôle de convergence dont l’humain serait le dépositaire biologique.

Pour Teilhard, notre spiritualité nait du haut degré d’organisation – inédit dans le vivant, du système nerveux humain : le corps et le cerveau. Matière et esprit seraient ainsi les deux faces d’une même réalité.

Dans son oeuvre majeure, le Phénomène humain, Teilhard trace une histoire de l’Univers. Il ne décrit pas un cosmos statique comme l’entendait la tradition chrétienne. Au contraire, il intègre la sélection naturelle et le hasard des mutations génétiques dans une synthèse naturaliste.

De façon générale, la lecture de Teilhard de Chardin est un concentré de philanthropie. On se sent à la fois fier d’être humain, et chargé d’une grande responsabilité. Un sentiment rare et précieux, en plein anthropocène, à l’heure où la misanthropie gagne du terrain.

Pourtant, quelque chose manque.

Et ce qui manque à mon avis, c’est le lien avec le non-humain.

En anthropologie, on dirait que la pensée de Teilhard est un évolutionnisme linéaire anthropocentré. Elle place l’humain au sommet d’une pyramide de puissance et de responsabilité. Si le « Point omega » fait l’unanimité parmi les adeptes du transhumanisme, c’est parce qu’elle réconcilie la soif de puissance avec la spiritualité. Elle invite à une surenchère de linéarité : Homo Deus. Toujours plus haut, comme les clochers gothiques des cathédrales européennes.

Une vision brillante mais incomplète. Pourquoi? Parce que si la figure du Christ ne portait qu’un seul message, ce serait que la divinité ne se loge pas l’accumulation de puissance mais dans l’empathie.

Non pas ce qui contrôle, mais ce qui lie.

Or le nouvel humanisme doit intégrer tous les visages de la création.

Le contrepoint de la pensée de Teilhard se cache peut-être dans l’héritage de St François d’Assise. D’ailleurs, les deux hommes sont cités dans le Laudato Si. Cette complémentarité pourrait être une clés de l’avenir, par la résolution du conflit entre notre propension à la puissance technologique et l’impératif de sobriété qu’exige notre responsabilité.

Depuis peu, je travaille sur un scénario de bd, l’adaptation d’une oeuvre culte de SF dans laquelle la pensée de Teilhard joue un rôle crucial.

Les plus avisés reconnaîtront l’oeuvre… J’invite les autres à patienter !

#teilhard #OmegaPoint #technologie #IA #ecologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s