Savez-vous comment a été inventé le mot « technologie » ?

Il semble qu’un professeur de botanique de Harvard, Jacob Bigelow, ait systématisé l’usage du mot « technology » en anglais. Dans son ouvrage « Elements of technology » (1829), il appelle à inventer une nouvelle science, fusion entre les arts et les sciences, entre pratique et théorie. 🌱

Le mot s’est ensuite diffusé en Europe comme état de l’art historique sur les outils et savoir-faire, l’artisanat, les métiers et les sciences appliquées. La Technologie était l’étude des Techniques, comme la Biologie était l’étude de la Vie ou la Géologie l’étude de la Terre. 🛠️

Mais petit à petit le mot a glissé vers un autre sens : celui des méthodes et des techniques elles-mêmes. On s’est mis à parler de « nouvelles technologies » et de « hautes technologies ». C’est en plein boom de la société de consommation que l’acception est devenue courante aux US, dans les années 50, c’est à dire au moment où le mot « innovation » a remplacé le mot « progrès ». 🚀

En 1988, Jacques Ellul publie « Le Bluff technologique » pour dénoncer l’usage abusif du mot et la disparition du sens premier. En effet, le travail de réflexion critique dans l’espace public s’est érodé au point de quasi disparaître au moment où nous en avions le plus besoin : dans un contexte d’anthropocène et de crise écologique 🌍

Je crois que nous avons plus que jamais besoin de véritable « technologie » et dans mes cours et conférences, je me qualifie parfois de technologue.

Entre anthropologie et écologie, je mesure les effets de nos choix sur les communs, sur notre relation à l’espace et au temps, c’est à dire sur notre milieu.

Car nos systèmes techniques causent de profonds bouleversements, mais c’est précisément dans notre relation au milieu que se loge la clé de la sobriété et de l’harmonie.

Depuis deux siècles, notre monde n’est plus seulement dirigé par les hommes et des femmes, il est déterminé par des systèmes techniques qui s’accroissent et se nourrissent de causes pour produire des effets.

Nos concitoyens le sentent. Dépossédés de leur libre arbitre, ils se tournent vers les idées les plus radicales pour échapper à cette perte de contrôle. Ils s’érigent contre la science de “ceux qui nous gouvernent”, plutôt que “ce qui nous gouverne”.

L’anthropologie a démontré que l’ordre technique produit l’ordre socio-culturel, les identités et les croyances. Pour changer la société et la culture, il faut donc changer notre rapport à la technique.

Comment? En restaurant une véritable éthique spirituelle, sociale et politique, c’est à dire une technologie de l’énergie, de l’habitat, du transport, de l’agriculture, de la santé, du textile, de l’armement, du numérique..

Le commun a cédé la place au technique.
Il est urgent de choisir à nouveau notre espace et notre temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s